Mikroplastik stoppen - Meerestiere retten! - washo.ch

Arrêter les microplastiques - sauver les animaux marins !

Cette pétition en ligne a besoin de votre soutien:

www.mikroplastik-stoppen.ch

La quantité de nouveaux plastiques fabriqués augmente - nous en sommes actuellement à environ 400 millions de tonnes par an dans le monde. Logiquement, la pollution plastique des mers a également atteint une dimension inimaginable : Chaque année, 9 à 14 millions de tonnes de plastique sont déversées dans les océans du monde entier. C'est en raison de sa robustesse et de sa longévité que ce matériau est si apprécié. Le revers de la médaille : les scientifiques estiment que tout produit en plastique qui s'est retrouvé dans la nature au lieu d'être jeté à la poubelle s'y trouve encore!

On estime qu'il faut 450 ans pour qu'une bouteille en plastique se décompose dans l'océan, et même 600 ans pour une ligne de pêche synthétique. Le terme "désintégré" désigne uniquement la réduction en microplastiques (< 5 mm) et en nanoplastiques (< 0.001mm). Mais le problème est loin d'être résolu. Au contraire, les microplastiques peuvent blesser et empoisonner les petits animaux marins, car ils sont un aimant à polluants. Lorsqu'ils sont ingérés par les animaux, les microplastiques peuvent donc aussi être un cocktail toxique.

Les déchets plastiques polluent tous les êtres vivants dans la mer, qu'ils soient grands ou petits : en tant que macro-déchets, ils constituent des pièges mortels ou une nourriture indigeste pour les plus grands animaux marins, ils recouvrent les écosystèmes tels que les mangroves et les récifs coralliens ; en tant que microplastiques, ils agissent sur la base de la chaîne alimentaire, le phytoplancton et le zooplancton, et se retrouvent dans différents organismes via la chaîne alimentaire. Chez nous aussi. Ainsi, en Europe, la consommation de crustacés entraîne une consommation d'environ 11'000 microparticules de plastique par an.

Ce que beaucoup sous-estiment, c'est que les pays enclavés participent aussi à la pollution plastique des océans. A elle seule, la Suisse rejette chaque année plusieurs tonnes de microplastiques dans la Méditerranée et le Rhin, via le Rhône et le Rhin. dans la mer du Nord, car les stations d'épuration locales filtrent certes beaucoup d'eaux usées, mais pas tout. Même si d'autres pays contribuent nettement plus à la pollution, la Suisse devrait assumer la responsabilité de ses actes - pour notre environnement local et pour la mer. C'est pourquoi l'organisation suisse de protection des mers KYMA sea conservation & research a lancé la pétition en ligne www.mikroplastik-stoppen.ch, dans laquelle elle demande la régulation de différentes sources de microplastiques. La pétition ne dure que peu de temps - il faut donc absolument participer et signer maintenant!